• C comme Chrysalide - Réflexions

     Où vont donc les âmes après le départ ?

     Vont-elles seulement quelque part ?

     

    Elles ne restent sûrement pas

     Dans cette enveloppe charnelle éphémère,

     Ce corps devenu froid

     Comme la neige poudreuse de l’hiver.

     

    Peut-être prennent-elles le train

     Dont la destination est dans un autre monde ?

     Peut-être évoluent-elles dans les obscures ondes

     Des abysses sans fin ?

     

    Les âmes disparues ont-elles l’occasion

     De discuter avec Dieu ?

     Au fait, à quoi ressemble-t-il donc ?

     Pour moi, il aurait un costume ténébreux

     Et une pyramide cyclopéenne

     A la place de la tête,

     Soupirant comme si une terrible peine

     L’accablait durant une fête.

     

    L’œil rivé sur une horloge

     A la course effrénée,

     A l’abri dans sa loge

     Dans les nuages moelleux dissimulée.

     

    De quoi peut-on bien discuter avec Lui ?

     Par Sa lumière on doit être tant ébloui

     Qu’on ne peut même pas Le regarder.

     Et comment pourrait-on l’appeler ?

     Dieu ? Père ? Seigneur ?

     Lequel de ces noms porte-t-Il dans Son cœur ?

     Ce serait intéressant de vérifier.

     

    De toute façon, a-t-Il seulement le temps

     De nous parler ?

     Oh, ce doit être bien plus passionnant

     De nous regarder nous entretuer.

     

    Pourquoi ne fait-Il rien, bon sang !?

     Est-ce trop demander de soigner ce monde souffrant ?

     A moins qu’Il ne préfère plonger la Terre

     Dans un autre déluge ?

     Après tout, Dieu est le plus juste des juges.

     Il est peut-être temps pour l’Homme de retourner à la poussière.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :