• Incandescence - L'Appel de la Nuit

    La lumière coagulée des néons

    Gémit, prisonnière de mes veines

    Telle un squelette putride de l’Achéron

    Englué dans la nuit d’ébène

     

    Les lucioles bleues, avec un rire strident

    Arrachent d’un coup sec mes yeux brûlants

    De leurs crocs acérés et pointus

    Elles aspirent l’obscurité comme des sangsues

     

    Enchaînant les bars et les discothèques cramoisies

    Lassé des litanies assourdissantes

    J’erre comme un fantôme dans la ville oppressante

    Oscillant entre extase et hystérie

     

    Je suis attiré par une mélodie enivrante

    Comme un papillon de nuit hypnotisé

    Par la lune blafarde et étouffante

    Qui finit les ailes carbonisées

     

    Je vagabonde, tel un navire

    Sans capitaine et sans voile

    Guidé par le cauchemar infernal

    D’un jukebox qui soupire…

     

    Et bientôt l’aube, telle une fleur flétrie

    Se lèvera, jaillissant du ciel aveugle et sourd

    Comme un battement de cœur engourdi

    Qui a perdu l’Amour


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :