• Incandescence - Le monde a changé

     

    Le monde a changé. La vie de bohème

    N’est plus qu’une fantaisie surannée.

    L’on résiste ? la Machine damnée

    Referme aussitôt ses mâchoires blêmes

    Et nous broie, nous change en ombres dociles.

    L’innocence ? Ce n’est plus qu’un fossile

    Misérable, dévoré par les mites.

    La gloire, amère, fane plus vite

    Que les ailes d’un papillon de nuit.

    Le coupable ? Sa Majesté putride

    Dont la couronne d’or et d’acier luit

    Comme un soleil rouge, avare et torride :

    L’Obsolescence programmée, qui règne

    Sans partage. L’Homme cruel, lui, baigne

    Dans le sang noirâtre des opprimés

    Qui meurent dans les quartiers malfamés.

     

    Le monde a changé. Rentrer dans le rang ;

    Choisir entre la bourgeoisie aveugle

    Et culs-terreux, marginaux impuissants.

    Agonisante, la misère beugle

    A pleins poumons ; pourtant le monde est sourd

    Au tintement atroce de ses chaînes.

    La lucidité est un fardeau lourd

    Et encombrant, un poids mort qui ne mène

    Qu’au désespoir meurtri et à la rage ;

    Un démon qui détruit de l’intérieur

    Au lieu de m’aider à tourner la page

    Et à découvrir le monde en couleurs.

    Etrange souhait que de désirer

    Se bander sciemment les yeux pour éteindre

    Ses braises ocres et ne pas entendre geindre

    Le monde suffocant et emmuré !

     

    Les visionnaires et les génies sont morts ;

    Leurs chefs-d’œuvre sont écrits, achevés.

    La foule, peu difficile, dévore

    L’insipide et périssable cuvée

    D’auteurs éphémères ; les Immortels

    Sont des grains de sable dans le désert.

    Pour intégrer ce monde fort cruel,

    La course est rude, les juges sévères.

    Faire face à des requins opportunistes

    Ingrats et pistonnés ? Très peu pour moi !

    J’ai une tendance isolationniste :

    Je n’écris pas pour les autres ; l’émoi

    D’un éditeur lambda m’est égal.

    Point de confident et point de mécène

    Sur ma route couverte de mygales

    Noyée d’écrevisses de porcelaine.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :